Okureshis Usakhelouri

Écrit par Sébastien

Okureshis Usakhelouri (En géorgien : ოყურეშის უსახელოური) est une nouvelle appellation d’origine protégée (AOP) de la région viticole de Lechkhumi en Svanétie du sud. Celle-ci a été ajoutée en 2022 et vient compléter la liste de 29 appellations géorgiennes. Son but est clairement de protéger la production de vin à partir de cépages d’Usakhelouri aux alentours des villages d’Okhureshi, de Zubi (Tsageri) et d’Isunderi car il commence à être planté dans d’autres régions de Géorgie.

Temps de lecture estimé : 11 minutes

Remarque : cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie que je peux percevoir une commission si vous effectuez un achat en cliquant sur un lien (sans frais supplémentaires pour vous).

Localisation et taille d’Okureshis Usakhelouri

okureshis usakhelouri

La microzone « Okureshis Ushakhalouri » est située dans la région de Racha-Lechkhumi, dans la municipalité administrative de Tsageri.

La micro-zone « ოყურეშის უსახელოური/Okureshis Usakhelouri » est située dans la région de Racha-Lechkhumi, dans la municipalité administrative de Tsageri, et comprend les villages suivants Tskhenistskali : Zubi, Isunderi, Okureshi, Opitara, Ladzgveria et Makhura, situés sur les pentes des rives droite et gauche du fleuve, à une altitude de 350 à 650 m.

Le fleuve Tskhenistskali est protégé par le massif montagneux de Khvamli au nord et à l’est et par Askhi à l’ouest.

Terroir de la micro-zone d’Okureshis Usakhelouri

Le facteurs humains

Des scientifiques géorgiens de renom dont Niko Ketskhoveli, Maksime Ramishvili et Dimitri Tabidze confirment, dans l’ampélographie de 1960, l’opinion du grand Ivane Javakhishvili selon laquelle l’Usakhelouri est issu de variétés de vignes locales et que son nom provient de Lechkhumi, le village Usakhelo étant situé sur la rive droite de la rivière Lajanuri.

La production à l’échelle industrielle de l’Usakhelouri a été rendue possible par les célèbres événements de 1942, ainsi que par le développement et la mise en œuvre d’une technologie pour la préparation de vins naturellement semi-doux.

Le vin « Usakhelouri » a reçu 5 prix, dont 2 médailles d’or, lors de divers concours internationaux organisés dans la seconde moitié du XIXe siècle. La petite taille de la matière première et la grande popularité du vin contribuent à sa valeur marchande exceptionnellement élevée.

Le climat

La micro-zone d’Okureshis Usakhelouri est une sorte de creux entouré de crêtes rocheuses créant un microclimat spécial caractérisé par de l’humidité et un froid modéré. La durée annuelle d’ensoleillement est comprise entre 1900 et 2000 heures. La température annuelle normale de l’air est de 14,2 °C avec des mois chaud (22,2 °C en août) et des mois froid (+0,5 °C en janvier). La durée de la période de végétation est de 181 jours et on retrouve des précipitations annuelles de l’ordre de
1095 mm.

guide vin géorgien

Les sols

D’après la composition granulométrique, les sols appartiennent aux limons lourds et aux argiles légères. Les vignobles exposés au sud, sud-est et sud-ouest ont une grande quantité de jours ensoleillés avec des précipitations équilibrées. La variation des jours chauds et des nuits fraîches, en septembre et en octobre, contribuent à l’amélioration de la qualité des vins.

Tout ce qui précède, en combinaison avec des sols limoneux et leptosoliques humus-carbonate, permet aux raisins de mûrir au mieux, avec un équilibre entre l’acidité et la teneur en sucre, et l’accumulation de polyphénols. Les anthocyanes, les polyphénols et le sucre confèrent au vin son équilibre et sa complexité.

Lechkhumi est considéré comme l’une des meilleures régions viticoles et vinicoles de Géorgie. D’après certaines sources historiques, nous pouvons conclure que ces domaines de l’agriculture jouent un rôle important dans la vie économique de cette région depuis l’Antiquité. La diversité des variétés de vignes locales et l’abondance des produits vinicoles préparés par les habitants de la région selon différentes méthodes en témoignent.

Interview de Levan Omanadze pour Georgian Journal

Les communistes avaient une raison de braconner l’Usakhelouri. C’est le vin qui ne peut pas être consommé en grandes quantités et ils ont donc préféré cultiver le Tsolikauri blanc à la place. Cependant, plusieurs années plus tard, quelque chose de miraculeux s’est produit. Un individu, qui s’inquiétait de la disparition de ce cépage unique, a eu une idée très intéressante : il s’est rendu en voiture jusqu’au pont sur la rivière Tskhenistskali et a installé une banderole sur laquelle on pouvait lire : « J’achète un kilo d’Usakhelouri pour 10 lari ». Les villageois ont été très surpris et ils n’ont pu rassembler que quelques kilos. L’homme a tout acheté et l’année suivante, chaque personne du village d’Okureshis était à la recherche de plants d’Usakhelouri. Plus tard, un autre jeune homme est apparu, qui a convaincu les villageois qu’il n’était pas souhaitable de pulvériser l’Usakhelouri avec des produits chimiques. Cela s’est avéré assez difficile. Le nom de ce jeune homme est Levan Omanadze.

Levan Omanadze dit : « Il a été très difficile de les convaincre, car si vous pulvérisez le vignoble avec des produits chimiques, cela donne plus de récoltes et c’est certainement très important pour les paysans d’Okureshis. Je leur ai donc dit que le vin produit à partir d’un vignoble non pulvérisé était beaucoup plus cher. Aujourd’hui, le prix de l’Usakhelouri naturel est de 15 lari pour un kilogramme. Et ce vin est d’une qualité exceptionnelle. Les vignerons disent qu’il a l’odeur des baies. Sur les pentes de la rivière Tskhenistskali, ces raisins reçoivent la quantité exacte de soleil et d’humidité pour ce vin rouge unique.

Mon arrière-grand-père, Iulo Mushkudiani, était vigneron. Il vendait l’Usakhelouri dans différentes régions de Géorgie et avait sa propre petite usine près de la rivière Tskhenistskali. Aujourd’hui, mon père et moi utilisons la même technologie et nous n’allons rien changer.

Méthode ancestrale

Okureshis Usakhelouri

Il est assez surprenant que ce jeune homme de 27 ans utilise la méthode de son arrière-grand-père malgré les nouvelles technologies…

C’est parce que la vieille route est éprouvée par les siècles et que c’est une route d’avenir. On me dit parfois que je suis né et que j’ai grandi à Tbilissi et que je ne peux pas être au courant de la fabrication du vin. Ma réponse est que je suis géorgien et que tout Géorgien aime les vignobles. Ma mère est originaire d’Okureshis et mon père de Makhuri. Ces deux villages se font face sur les rives de la rivière Tskhenistskali. J’y ai passé mes plus belles années. C’est ma Géorgie, ma patrie. Chaque année, pendant les vendanges (elles commencent à la mi-octobre), je venais ici et j’aidais ma famille.

Fournisseur du grand dictateur

Votre arrière-grand-père était le contemporain de Joseph Staline. Il est bien connu que Staline aimait le vin rouge, qui lui était souvent envoyé de Géorgie. Votre arrière-grand-père en faisait-il aussi ?

Oui. J’en suis sûr, car lorsque j’étais enfant, je me souviens d’un certificat qui était accroché à notre mur. Il était signé par Staline lui-même et c’était un certificat pour le meilleur Usakhelouri. Je n’ai pas prêté beaucoup d’attention à ce certificat à l’époque. Je ne savais pas que je déciderais un jour de poursuivre le chemin de mon arrière-grand-père. Récemment, j’ai interrogé les membres de ma famille à ce sujet et j’ai découvert qu’un de mes proches l’avait pris pour prouver son authenticité, mais qu’il l’avait finalement perdu.

Qui était cet homme, qui a acheté un kilo d’Usakhelouri pour 10 lari ?

C’était Tariel Alavidze, ancien préfet. J’aimerais que chaque fonctionnaire puisse faire une si belle chose. Il a vraiment payé pour ces quelques kilos. J’ai entendu dire que les femmes qui ont apporté les seaux pleins d’Usakhelouri au pont, où Tariel attendait, ont dit que si cette histoire de 10 lari n’était pas vraie, elles jetteraient tout dans la rivière.

Vers un vin naturel

Vous avez dit qu’il était très difficile de persuader les paysans de ne pas utiliser de produits chimiques pour Usakhelouri…

C’était très difficile, en effet, et je peux les comprendre. Tout le monde a besoin d’argent. La chose la plus intéressante est que cesser de pulvériser des produits chimiques pour le vignoble est la même chose que cesser de prendre des drogues pour les toxicomanes. Un paysan du village de Manavi m’a dit que lorsqu’il a arrêté de le faire, sa vigne se desséchait. C’est pourquoi il faut arrêter d’utiliser des produits chimiques, mais le faire progressivement. Ce processus prend souvent jusqu’à cinq ans, mais à la fin vous aurez beaucoup plus de clients. Nous ne pouvons pas produire autant de vin que la France ou l’Italie, mais nous pouvons faire un très bon vin naturel et nous serons un pays unique à cet égard.

Ilia Chavchavadze a dit un jour aux Géorgiens : « N’augmentez pas la quantité de vin artificiellement. Ce n’est pas une méthode géorgienne. Cette méthode a été introduite ici par les Français ». Il voulait dire augmenter la quantité de vin en ajoutant du sucre et de l’eau. Maintenant, dans certains cas, nous essayons d’augmenter la quantité de vin avec des produits chimiques. Si nous voulons rester debout, ce n’est pas de cette façon qu’il faut le faire.

Okureshis Usakhelouri
Vintage 2019 Okureshis Usakhelouri de Khomlis Marani vendu 899$ à Londres. Le vigneron Tamaz Omanadze ne produit qu’environ 1500 bouteilles par an.

Couleur et arômes de l’Okureshis Usakhelouri

Cette AOP produit des vins qui sont considérés comme exceptionnels. Le goût est naturellement mi-sucré avec des notes de prune rouge épluchée et de groseille rouge. On retrouve une saveur pleine et joyeuse, contenant des tannins arrondis et bien équilibrés. La belle couleur rouge profond est réconfortante et délicieuse.

Les arômes que présentent les vins Okureshis Usakhelouri sont riches et bien exprimés et ils rappellent certainement des choses aux buveurs de jus de baies.

Les vins ainsi produits à partir de ce cépage rouge sont considérés comme des vins agréables qui présentent une bonne dose d’acidité, accompagnée de tanins décents. Ainsi, pour résumer, ces vins ne manquent jamais de qualités et de caractéristiques.

Les caractéristiques organoleptiques et physico-chimiques du vin doivent satisfaire aux exigences suivantes :

  • Teneur en alcool volumétrique pour les vins secs de minimum 13,5 % et pour les vins demi-secs et moelleux de minimum 11,0 %
  • Teneur en sucre dans le vin sec – pas plus de 4 g/l, pour le demi-sec – 4-18 g/l, et pour le moelleux – 18-45 g/l ;
  • Acidité titrée – pas moins de 5 g/l ;
  • Acidité volatile – pas plus de 1,2 g/l ;
  • Concentration totale en masse de dioxyde de soufre dans le vin sec – pas plus de 150,0 mg/l, dans les vins demi-secs et moelleux – pas plus de 200,0 mg/l ;
  • Concentration en masse de l’extrait sans sucre – pas moins de 22 g/l.

Le vin Okureshis Usakhelouri

Ces raisins sont rares et la quantité de terres disponibles est limitée. Ils ne produisent qu’environ trois tonnes de raisins par an, ce qui en fait un produit très prisé. Il s’agit du premier raisin de cuve de Géorgie. Le nom « Usakhelouri » signifie « sans nom » en géorgien, ce qui se traduit par un croisement entre « au-delà des mots » et « inestimable ». Dans une très bonne année, il n’y a qu’environ 1 000 bouteilles produites dans le pays. De ce fait, son coût est assez élevé, plus de 50 € par bouteille, en provenance directe de la cave.

Tous les bons cavistes de Géorgie en ont car c’est la chose à avoir pour le prestige. Cela dit, attendez-vous a payer au moins 100 GEL (~30€) pour une bouteille voire plus.

Où acheter de l’Usakhelauri en Europe ?

Mon partenaire 8wines propose ce cépage très rare. Il n’a qu’une position mais c’est une occasion unique. Profitez en !

Avez-vous déjà dégusté cet AOP ? Dites moi ce que vous en pensez dans les commentaires ci-dessous.

5/5 - (1 vote)

Pour continuer la lecture

Visitez la Géorgie

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici