Ojaleshi

Écrit par Sébastien

L’une des plus anciennes variétés de vigne de Géorgie, Ojaleshi (En géorgien : ოჯალეში), signifie « pousser sur un arbre » dans le dialecte géorgien de Mingrélie (ja = arbre). C’était la variété dominante dans le district montagneux de Samegrelo, dans le nord-ouest de la Géorgie. L’Ojaleshi était largement cultivé dans tous les villages de la montagne centrale et supérieure de Gourie avant l’arrivée des maladies fongiques et du phylloxéra à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Les plantations actuelles sont conduites plus bas que le sol, ce qui réduit les rendements mais produit des fruits de meilleure qualité. L’Ojaleshi donne ses meilleurs résultats sur les sols calcaires de Salkhino, Tamakoni et Abedati, dans le district de Martveli de Samegrelo mais aussi à Racha-Lechkhumi, sur les pentes montagneuses qui surplombent le Tskhenistskali (un affluent de la rivière Rioni), et plus au nord-est dans le village d’Orbeli où il développe des arômes de rose.

Temps de lecture estimé : 8 minutes

Petite histoire sur ce cépage

Ojaleshi

Au cours de ses voyages en Géorgie, l’explorateur français Jean Chardin a donné son avis sur la viticulture mégrélienne, faisant l’éloge des vins locaux, et en particulier de ceux créés à partir de raisins Ojaleshi.

Pour l’amour et l’Ojaleshi

Au XIXe siècle, le prince mégrélien Davit Dadiani a établi des plantations d’Ojaleshi dans le village de Salkhino. Sa soeur, Salomé Dadiani épouse en 1868 à Paris, Achille Murat, petit-fils du maréchal de Napoléon et roi de Naples Joachim Murat, qui donnera ses lettres de noblesse à l’Ojaleshi. Voici son histoire.

Après avoir terminé ses études dans un institut militaire, il est nommé lieutenant dans l’armée française. Il est d’abord affecté en Algérie, où il reste avec sa femme jusqu’en 1870, date à laquelle la guerre entre la France et la Prusse éclate et où il est rappelé en France. Au lendemain de la victoire rapide et décisive de la Prusse, le Parlement français abolit la monarchie.

Achille et Salomé s’installent ensuite à Samegrelo, où ils vivent dans un magnifique palais en bois situé dans le complexe résidentiel des Dadianis à Zougdidi. Achille a créé plusieurs petites entreprises, dont une cave. Il a introduit à Samegrelo plusieurs types de raisins de cuve français et a commencé à cultiver systématiquement le raisin ojaleshi, très prisé à Samegrelo, qui, à l’époque, n’était pas commercialisé et avait presque disparu. Il a produit des vins remarquables qu’il a pu exporter avec succès en Europe. D’ailleurs, il a reçu une médaille d’or au Salon international de l’agriculture de Paris.

Les Mingréliens, qui vivaient dans une région où le servage féodal était encore un souvenir frais, s’émerveillaient de voir comment Achille, un fils de la royauté, était prêt à travailler côte à côte avec des serviteurs et des paysans. Ils s’étonnaient également de l’intérêt qu’il portait aux gens du peuple de Samegrelo, comme en témoigne son soutien à la construction d’écoles, de routes et de cliniques.

blank
Bouteille d’Ojaleshi qui a plus de 100 ans.

Après sa mort en 1895, de nombreux compatriotes firent le voyage depuis la France pour faire leurs adieux à Achille, et de nombreux Mingréliens assistèrent à la cérémonie. Il fut enterré dans le jardin de l’Église catholique de Chkaduashi, où la famille possédait une résidence d’été. Pendant de nombreuses années après sa mort, les gens ont honoré sa mémoire en nettoyant sa pierre tombale et en plantant des Hortenzias à proximité. Mais pendant la majeure partie de la période soviétique, sa tombe a été négligée et laissée aux intempéries. Finalement, en 1975, le gouvernement de la ville a fait ériger une pierre tombale en sa mémoire.

L’Ojaleshi d’Achille remporta la médaille d’or au salon de l’agriculture à Paris en 1912.

Après la mort de son mari, Salomé et ses trois enfants s’installèrent à Paris, où elle mourut dans une relative pauvreté en 1913.

A ne pas confondre !

Il convient de noter qu’à Lechkhumi et en Gourie, il existe également une variété de raisin appelée respectivement Orbeluri et Guriis Ojaleshi, mais que ses caractéristiques botaniques diffèrent considérablement de celles du raisin Ojaleshi cultivé à Samegrelo. Les habitants de la région affirment que la variété de Lechkhumi et de Gourie a été cultivée pour la première fois dans les années 1900 par le propriétaire Ivan Eristavi dans le district de Chokhatauri en Gourie. Aujourd’hui, cette variété est répandue dans tout l’est de Gourie.

Ni dans le hall, ni dans le jardin, ni nulle part ailleurs, je n’ai remarqué une seule personne qui ait noyé son esprit dans le vin, et Dieu sait quel doux nectar est l’Ojaleshi… il est un peu fort à boire, mais il est bon. Je ne peux m’empêcher de le comparer au meilleur Bordeaux, car je ne connais aucun autre vin qui puisse rivaliser avec lui en Géorgie, à l’exception de celui d’Ateni. Sur l’ensemble de la Terre, seul le tokaji peut être meilleur, s’il y en a un

Marie-Félicité Brosset, orientaliste, 1848

Caractéristiques du cépage

L’Ojaleshi a des feuilles rondes avec des dents triangulaires, et de petites grappes coniques de baies de taille moyenne, sombres et bleu-noir. Le raisin a une peau épaisse et une chair ferme. Il est précoce (du 1er au 15 avril) et tardif, car il n’est généralement pas récolté avant la fin octobre ou la mi-novembre. Par rapport aux autres espèces, l’Ojaleshi est assez sensible aux maladies fongiques, en particulier l’oïdium. La résistance au gel n’a pas d’importance, car les gelées sont rares à Samegrelo.

Retrouvez tous les détails techniques et biologiques dans cet article en anglais ici.

Les raisins Ojaleshi ont une période de végétation de 245 jours et mûrissent dans les zones montagneuses de Samegrelo à la mi-novembre. Au moment de la maturation, la teneur en sucre aura atteint 23 – 24% et l’acidité totale environ 8,5 – 9%, un rapport parfait pour produire d’excellents vins semi-doux. Il donne les premiers signes de récolte la deuxième année après la plantation et mûrit complètement la quatrième année.

Les vins issus du raisin Ojaleshi se caractérisent par leur goût harmonieux, leur bouquet agréable, leur coloration intense et leur rapport équilibré entre alcool et acidité. Lorsque les Ojaleshi sont récoltés tardivement, on obtient un vin semi-doux de grande qualité.

ojaleshi
Noté 4.2 sur Vivino, j’ai pu gouté ce délicieux Ojaleshi sec directement chez mon ami Gio à la propriété. Goût indescriptible tellement complexe et explosif.

La dégustation du vin

Couleur et arômes

Typiquement, l’Ojaleshi est un vin de couleur rubis, demi-sec, avec un bouquet de fruits rouges relevé par des notes de poivre ou d’épices. Le taux d’alcool est de 10 à 12 %, avec 4 à 5 g/l de sucre résiduel. En vieillissant en bouteille, le vin gagne en complexité et se rapproche d’un rouge sec. Quelques viticulteurs tentent de produire un Ojaleshi sec de haute qualité, ou d’en mélanger un petit pourcentage avec du Saperavi (de la même manière que les viticulteurs mélangent souvent un peu de Merlot ou de Cabernet Franc avec du Cabernet Sauvignon). En 2004, la Géorgie comptait 141 hectares, dont 137 étaient des exploitations familiales.

Accords met et Ojaleshi

Le vin Ojaleshi se marie bien avec les plats de viande les plus fins de la cuisine mingrélienne comme le poulet rôti, le cabrito (viande de chèvre) et le porcelet rôti. Il peut également être associé à des plats de viande à base de noix comme le Kharcho (soupe de poulet/bœuf aux noix, un plat classique mingrélien) ou avec des ragoûts de tomates comme l’Ostri (un ragoût de bœuf chaud et épicé). Le Kuchmachi (une farce géorgienne à base de gésier et de foie) et le Kupati (saucisse géorgienne) se marient également très bien avec le vin Ojaleshi. Enfin, le fromage fumé Sulguni est une excellente option.

Les AOP à base d’Ojaleshi

Salkhino Ojaleshi

L’Ojaleshi de Salkhino est produit à partir des raisins les plus anciens et les plus rares de la municipalité de Martvili. Cette AOP sert à protéger une des régions historiques de l’Ojaleshi.

Où acheter les vins à base d’Ojaleshi en Europe ?

Mon partenaire 8wines propose ce cépage très rare. Il n’a qu’une position mais c’est une occasion unique. Profitez en !

Avez-vous déjà essayé goûté ce cépage ? Dites moi ce que vous en pensez dans les commentaires ci-dessous.

3/5 - (2 votes)

Pour continuer la lecture

Visitez la Géorgie

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici