Château Mukhrani | Légende du Caucase

Écrit par Sébastien

GéorgieKazbeguiChâteau Mukhrani | Légende du Caucase

Le Château Mukhrani est une combinaison de quatre éléments : les vignobles, la cave, le château et la tradition. Il est l’un des premiers et l’un des seuls véritables châteaux royaux géorgiens. Mukhrani était le domaine de la famille royale Bagrationi en 1512. L’unité de production de vin n’a été établie qu’au XIXe siècle par Ivane Mukhranbatoni, un représentant clé de la famille royale qui est revenu de France avec le concept d’un château.

RégionKartli du nord
Taille du vignoble102 hectares
Cépages cultivésSaperavi, Rkatsiteli, Chinuri, Shavkapito, Tavkveri, Goruli Mtsvane, sauvignon blanc et chardonnay
Production annuelle500 000 bouteilles
ContactSite internet

Temps de lecture estimé : 15 minutes

Histoire du château Mukhrani

Le territoire historique où se trouve le chateau a été appelé pendant des siècles « chênaie » ou « forêt de chênes » – c’est ainsi que se traduit « mukhrani ». En 1512, le roi David X a accordé ces terres à son frère cadet Bagrat. Dès lors, Mukhrani devient une principauté et s’appelle Samukhranbatono. Le chef de famille était appelé Mukhranbatoni et ses proches Mukhranbatoniishvili (c’est-à-dire « enfants de Mukhranbatoni »). La terre, comme c’était souvent le cas en Géorgie, a donné son nom à ceux qui la possédaient. Un siècle et demi plus tard, lorsque la branche régnante s’interrompt, Vakhtang, prince de Mukhrani, devient roi de Géorgie sous le nom de Vakhtang V (1658-1675). L’héritage lui-même revint une fois de plus au frère cadet du roi, Constantin, qui devint l’ancêtre de tous les princes de Mukhrani suivants.

Les descendants du prince Constantin ont continué à gouverner la principauté jusqu’à l’annexion de la Géorgie à l’Empire russe en 1801, et ont même participé directement à l’officialisation de cet événement. Aujourd’hui, les descendants de cette branche des Bagration sont les chefs de la maison royale de Géorgie, c’est-à-dire les prétendants au trône en cas de restauration de la monarchie dans le pays.

Fortification du château après 1733

forteresse Mukhrani

Dans le cadre de cette histoire, nous nous focaliserons sur deux récits liés aux souverains de Mukhrani. Jusqu’en 1733, Mukhranbatoni a vécu dans une forteresse à Ksani, située à environ cinq kilomètres au sud de l’actuelle Mukhrani. C’était un château imprenable typique, construit au sommet d’une montagne, exigu et inaccessible. Au XVIIIe siècle, de nombreux seigneurs préfèrent le confort à leur sécurité et s’installent dans les plaines, où le territoire permet la construction de manoirs de toutes tailles. De même, les princes Amilakhvari, qui étaient voisins (et parents par le sang) des Bagration-Mukhransky, ont, vers les mêmes années, quitté leur domaine familial de Schvilo et muré un impressionnant territoire près de la rivière Lehura pour en faire leur résidence.

Constantin Mukhranbatoni a choisi 2,5 hectares près du village de Shiosubani (Mukhrani) au bord de la rivière Xani et a érigé l’une des plus grandes forteresses médiévales géorgiennes. La forteresse se composait de deux parties : une citadelle, qui est toujours en place aujourd’hui, et un mur qui a été démantelé au XIXe siècle par les habitants afin de construire leurs propres maisons. Deux inscriptions ont été conservées dans la citadelle, dont l’une se lit comme suit : « Confiants en Dieu, nous, Mukhran-Batoni et Sahlthutsii Constantine, avons construit cette clôture et ces tours à Shiosubani avec nos fonds et notre argent et avons investi beaucoup de travail à un moment où les infidèles affichaient leur puissance sur le pays. […] Que celui qui lit ceci se souvienne de mes efforts. »

Si vous regardez un plan de la forteresse de Mukhrani réalisé au siècle dernier, il est évident que ce qui reste n’est qu’une petite partie de la structure autrefois imposante, de plus, elle a été reconstruite. On peut compter au moins cinq églises dans les environs. Et pour la plupart, elles ont survécu.

L’église la plus grande et la plus intéressante sur le plan architectural se trouve dans la rue suivante. Elle semble être abandonnée. Les portes sont verrouillées. Au-dessus de l’une des entrées se trouve une pierre dont l’inscription commence par le chiffre 1843. C’est probablement la date de la consécration de l’église.

Ivane Mukhrani
Ivane Bagration-Mukhrani

Construction du château au XIXe

Il est temps de faire une deuxième excursion dans l’histoire. En 1812, naît Ivane, le fils aîné du prince Constantin. Au début du XIXe siècle, les Bagration-Mukhranski étaient l’une des familles les plus influentes de Géorgie. Il suffit de mentionner que le grand-père d’un nouveau-né, en l’honneur duquel le garçon a été nommé, a signé, au nom du roi Irakli II, le célèbre traité de Saint-Georges. Ivane, bien sûr, a reçu une brillante éducation militaire et, après avoir consacré sa vie à l’armée, il a pris sa retraite en 1881 avec le grade de lieutenant-général.

Libéré du service militaire, le Prince entreprend un voyage en France et, s’enquérant des particularités de l’industrie du vin, il visite la Champagne et Bordeaux. Il a réalisé ce qu’il avait vu en construisant un nouveau domaine avec des vignobles, des caves, des écuries et un vaste parc, qui a été achevé en 1885. Le nom français « château » se justifiait non seulement par le travail de maîtres étrangers, mais aussi par le fait que le domaine produisait des vins selon la technologie européenne.

Le manoir est devenu, à juste titre, la maison la plus riche et la plus impressionnante de Géorgie. Le parquet et les meubles rococo dorés, les plafonds peints par des maîtres européens et les billards étaient encore inhabituels pour l’aristocratie locale et suscitaient l’admiration. Que dire d’une salle séparée, dans laquelle était installé un théâtre de 150 places, ou d’une fontaine, d’où, selon les souvenirs des contemporains, on versait du vin au lieu de l’eau ? Toute la noblesse géorgienne, y compris Ilya Chavchavadze et Akaki Tsereteli, avait l’habitude de venir ici. Selon certaines sources, même l’empereur russe Alexandre III fréquentait le château (en tout cas, un bal a été organisé dans la maison du prince à Tbilissi en 1888 à l’occasion de la visite de l’empereur).

Renaissance du château

Après la mort d’Ivane Bagrationi-Mukhrani en 1895, le domaine est revenu à son fils Konstantin, qui l’a vendu avec les vignobles à l’État. À l’époque soviétique, la cave était encore en activité, mais on dit que la qualité des produits n’était pas comparable à ce qu’elle était auparavant. La direction de l’usine et divers bureaux dans les villages ont pris possession du manoir. Pendant la guerre civile géorgienne au début des années 1990, le bâtiment a abrité le quartier général des brigades Tengiz Kitovani et Mkhedrioni, dont le départ a laissé le manoir dans un état de délabrement avancé.

château mukhrani

En 2002, un groupe d’entrepreneurs géorgiens a organisé des travaux pour restaurer le domaine et faire revivre son histoire. Ils ont ensuite été rejoints par des investisseurs étrangers et des spécialistes du secteur du vin. En 2007, la construction de l’usine a commencé et les premiers produits ont été lancés. À l’occasion du 200e anniversaire de la naissance d’Ivane Bagration-Mukhrani, le Château Mukhrani renaissant a été inauguré.

Une nouvelle aventure

Aujourd’hui, le village est devenu la première destination touristique de la région. En plus de la visite gratuite des fortifications, le Château Mukhrani propose plusieurs excursions au choix :

  • Une excursion de leur vin
  • La visite du château avec dégustation
  • Visite du domaine avec dîner

Lors de mon dernier passage en été 2022, j’ai fait la visite complète du château. Nous étions juste avant les vendanges pour le pique-nique de l’UFE France-Russie, donc il y avait une certaine effervescence. J’ai beaucoup aimé le tour de ce lieu magnifique. À la fin, nous avons eu la chance de croiser Patrick Honnef, le responsable technique des opérations et actuelle CEO. Son discours était plein de passion, on sentait que le développement du domaine était sa priorité.

château mukhrani
Le château a depuis repris sa couleur d’origine ocre.

Le vignoble du château Mukhrani

L’apparition du château est un fait digne d’attention, car il n’existe pratiquement plus d’installations vinicoles dans la région de Kazbebui (officiellement nord de Kartli). Tout ce qui fonctionnait à l’époque soviétique a cessé de produire depuis longtemps.

La tendance est maintenant aux productions familiales et aux passionnés qui produisent un vin de qualité de manière traditionnelle. Malheureusement, le volume du vin artisanal est trop faible pour se faire un nom, même à l’échelle régionale. Dans ce contexte, le Château Mukhrani est un moteur responsable de la promotion des vins régionaux tant dans le pays qu’à l’étranger.

Le vignoble produit des vins à partir de cépages locaux, peu connus en dehors de la Géorgie : Shavkapito, Chinuri, Tavkveri et Goruli Mtsvane. Si vous visitez la Géorgie, essayez un autre vin que le Saperavi. Je vous propose des dégustations qui élargiront vos horizons.

Le chai du château

De vastes caves sont situées sous le manoir. Un passage souterrain relie l’extérieur à l’intérieur en passant par les caves. Cette partie souterraine est très grande. Elle paraît pratiquement vide, bien que le Château possède plus de 100 hectares de vignes. L’explication est simple. À l’époque du prince, le domaine produisait plus d’un million de litres de vin par an. Actuellement, le château produit un demi-million de bouteilles, soit trois fois moins que la capacité initiale. Le volume de production augmente chaque année. Dans le chai, vous verrez les tonneaux où vieillissent les rouges, mais aussi les qvevri hors-sol où sont produits les vins ambrés. Cette technologie atypique vous permettra de comprendre le processus. D’ailleurs, une partie du vignoble a reçu le label « bio ».

château mukhrani

Au niveau des distinctions, il ne lui a fallu que quelques années pour obtenir la médaille d’État, la plus haute récompense qu’il avait rapportée de l’exposition de Moscou de 1882. Par la suite, les médailles se sont succédé et, finalement, le goût du vin de Sainte Nino a été apprécié à Paris lors de l’exposition universelle de 1889 (où était exposée la tour Eiffel). Les propriétaires actuels ne perdent pas la face non plus, et il ne se passe pas une année sans que les vins de l’entreprise ne remportent quelques médailles lors de concours internationaux.

Aujourd’hui, le Château Mukhrani a remporté plus de 150 prix dans les plus grands concours internationaux de vins.

Les vins du château Mukhrani

La gamme du château Mukhrani est très large donc je ne pourrai pas tous les traiter d’un coup. Je les ajouterai au fur et à mesure de mes dégustations. Sachez que le plus haut de gamme est la réserve royale.

Goruli Mtsvane 2019 - Château Mukhrani

Goruli Mtsvane 2019

Les vignes poussent près des rivières où elles plongent profondément leurs racines dans des sols composés d’argile, de granite et de gravier. Grâce à l’influence modératrice de la proximité de la rivière, les raisins mûrissent plus lentement et avec plus de profondeur aromatique. Au moment de la maturité optimale, les raisins du Goruli Mtsvane sont vendangés exclusivement à la main. Ils arrivent à la cave par la voie la plus rapide où lls y sont sélectionnés et délicatement foulés. Ensuite, la fermentation a lieu dans une cuve en inox à température contrôlée. Une fois la fermentation terminée, le Goruli Mtsvane peut continuer à s’harmoniser pendant quelques mois.

Dans le verre, le Goruli Mtsvane du Château Mukhrani présente une brillante couleur or cuivré. Si on lui donne un peu d’air en l’agitant, ce vin blanc se caractérise par une légèreté fascinante qui le fait danser avec élan dans le verre. Le bouquet de ce vin blanc séduit par ses nuances de nectarine, de melon, de pamplemousse et d’orange, et c’est justement son caractère fruité qui rend ce vin si particulier.

Ce vin monocépage se présente aux amateurs comme un vin délicieusement sec, jamais grossier ou austère, comme on peut l’attendre d’un vin de qualité supérieure et d’un vin de terroir. En bouche, la texture est légere et merveilleusement croquante. En fin de bouche, ce vin blanc de garde a finalement une bonne longueur. On y retrouve à nouveau des notes de pêche de vigne et de poire. En fin de bouche, des notes minérales des sols dominés par l’argile et le granit s’y ajoutent.

Ce vin blanc doit être dégusté de préférence frais entre 11 et 13 °C. Il est parfait pour accompagner un curry, une morue avec des légumes, une omelette ou du saumon.

Réserve Royale Rouge 2017

Réserve Royale Rouge 2017

La Réserve Royale en rouge se présente dans le verre dans un rouge rubis lumineux. Si l’on incline un peu le verre, on peut voir sur les bords une transition de la couleur vers le rouge grenat. Si on lui donne un peu d’air en l’agitant, on peut percevoir un équilibre de premier ordre dans ce vin rouge, car il ne se dessine pas sur les parois du verre comme un vin aqueux, sirupeux ou liquoreux. Au nez, il révèle toutes sortes de myrtilles, de mûres, de cassis et de mûres. Comme si cela n’était pas déjà impressionnant, d’autres arômes tels que le thé noir, les épices de pain d’épice et le chocolat amer s’y ajoutent.

Où déguster les vins du château Mukhrani ?

La réponse est simple : Partout !

On le trouve dans toute la Géorgie, dans quasiment tous les magasins. Néanmoins, pour avoir les bouteilles haut de gamme il faudra se rendre à la propriété, chez un caviste ou au bar Mukhrani à Tbilissi.

Avez-vous dégusté les vins de ce producteur ? Partagez vos impressions dans les commentaires ci-dessous

5/5 - (2 votes)

Pour continuer la lecture

Visitez la Géorgie

Commentaires

  1. lan géorgie c’est la créatrice du vin en domtant les vignes sauvages du haut du caucase en les vinifiant et ainsi en criant le vin ce vrai nectar des dieux,il y a plus de 8.000 ans le vin ce legat de la civilisation géorgienne et caucasienne a fait le plaisir l’élegance et le jouissement des pays de tou le monde en spéciale des pays viticoles et des civilisations du vin,hormis de sa vinification propre déloppé en kvévries ue sans doute c’est la première forme de vinification de l’homme caucasien en vin de kvévri ou vin de jarre,que sans doute est une autre délice réconfortant et joyeuse qu’en fait l’alegresse de l’âme…!!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici