JonJoli | Salade de fleurs

Écrit par Sébastien

DécouvrirGastronomieJonJoli | Salade de fleurs

Le jonjoli (En géorgien : ჯონჯოლი) est une entrée géorgienne à base de germes marinés provenant d’un arbuste qui pousse dans la région. Le jonjoli est consommé de différentes manières, parfois mélangé à de l’huile de tournesol ou à d’autres légumes marinés tels que le concombre, le poivron ou les tomates. Cet hors-d’œuvre se marie bien avec le lobio ainsi qu’avec des pommes de terre bouillies ou simplement avec du pain de maïs géorgien « mchadi » accompagné de fromage.

Temps de lecture estimé : 7 minutes

Remarque : cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie que je peux percevoir une commission si vous effectuez un achat en cliquant sur un lien (sans frais supplémentaires pour vous).

Qu’est-ce que le Jonjoli ?

L’une des plantes les plus polyvalentes de la cuisine géorgienne est le jonjoli (Staphylea colchica), qui est particulièrement appréciée en tant que plat mariné. C’est une espèce d’arbuste caduc de la famille des Staphyleacées que l’on rencontre dans le Caucase et certaines régions d’Asie centrale. Il est en voie de disparition à l’état sauvage et reste principalement cultivé dans la plaine de Colchique, bien qu’on le trouve également dans le sud et l’est de la Géorgie. Dans la cuisine géorgienne, les boutons de fleurs au goût de câpre sont conservés dans de la saumure.

La cueillette du jonjoli est une pratique courante en Kakhétie, un buisson de jonjoli produisant de cinq à dix kilogrammes de fleurs. Le jonjoli mariné est un élément essentiel de tout supra et est considéré comme un mets délicat.

Attention à ne pas confondre le jonjoli avec le sureau car même si c’est la même classe de plante (Magnoliopsida), ce n’est pas la même famille. Le sureau est de la famille des Caprifoliaceae.

Propriétés médicinales du Jonjoli

Les jonjolis sont des arbustes robustes qui ont tendance à pousser dans des zones non développées, telles que les forêts, les vallées et les berges des rivières.

La médecine traditionnelle chinoise a étudié et confirmé les propriétés médicinales du jonjoli. Par exemple, le jonjoli bouilli est efficace pour traiter la toux, en particulier celle causée par le rhume. Le jonjoli contient une variété de vitamines et d’ingrédients actifs, y compris une insuline naturelle qui est bonne pour les diabétiques. De plus, consommé régulièrement, le jonjoli stimule les fonctions réparatrices de l’organisme, contribuant à la cicatrisation des plaies et au drainage des contusions, à la désintoxication de l’organisme et au rétablissement du bon fonctionnement du système digestif.

Une huile médicinale est également fabriquée à partir de ses graines.

Recette de la salade de Jonjoli

Ingrédients pour 1 salade

500g de Jonjoli

1 petit oignon rouge si possible sucré

4ml de vinaigre

4ml d’huile de tournesol non raffinée

Coriandre fraîche

Aneth fraîche

Une pincée de poivre

Préparation des fleurs

La récolte du jonjoli a lieu en mai, au moment où le buisson commence à fleurir. En effet, seules les fleurs non ouvertes sont bonnes à mariner.

Autrefois, les jonjolis étaient détachés des tiges en une seule journée, vannés, serrés dans un bol, arrosés d’eau salée, puis stockés pour l’hiver.

jonjoli
Voici à quoi ressemble la plante Jonjoli avant d’être mise en saumure.

Avec les progrès technologiques, le processus a changé et les ménagères expérimentées savent déjà que pour que les jonjolis conservent leur couleur dorée, ils doivent d’abord être plongés dans de l’eau salée bouillante, mis en bocaux, puis mélangés à un mélange d’eau salée et de vinaigre.

Pendant le processus de saumurage, il est nécessaire de surveiller attentivement le bocal. Si le jus a diminué et que le couvercle est sec, le bocal doit être rempli à ras bord, sinon le jonjoli mariné perdra sa couleur, se ramollira et deviendra immangeable.

Une autre façon de mariner les jonjolis consiste à enlever les tiges dures et inutiles, à les nettoyer à l’eau froide, puis à les placer dans un tonneau ou un bocal propre. Les jonjolis sont ensuite recouverts d’une couche de sel avant qu’une autre couche ne soit ajoutée, en alternant jonjolis et sel jusqu’à ce que la jarre ou le tonneau soit complètement rempli.

Un morceau de bois arrondi est ensuite utilisé pour presser les jonjolis, puis des feuilles de cerisier sont déposées sur le tout avant d’être scellées. Au bout d’une semaine, le processus de saumurage est vérifié et, si le récipient n’est pas complètement rempli, du sel et des jonjolis sont ajoutés.

Lors de la préparation du jonjoli, il est important de se rappeler que chaque kilogramme de fleurs nécessite 25 grammes de sel, ni plus ni moins.

Lavage des fleurs

Je ne vous cache pas que si vous êtes en ville, vous achèterez votre jonjoli dans sa saumure et la première étape ne sera pas à faire. Par contre, en fonction du saumurage, il se peut que les fleurs soient très salées. C’est pour ça qu’il convient de les nettoyer avant. Rincez-les simplement avec de l’eau froide. Si l’eau est très blanche, c’est qu’il y a beaucoup de sel. N’hésitez pas à goûter les fleurs pour ajuster le nettoyage en fonction du niveau de sel que vous souhaitez. Les Géorgiens mangent souvent très, voire trop salé.

Préparation de la salade

Une fois que les fleurs sont nettoyées, égouttez-les et découpez-les grossièrement aux ciseaux si ce n’est pas déjà fait.

Ensuite, il vous suffit de mélanger l’huile de Kakhétie (huile de tournesol non raffinée), le vinaigre, l’oignon rouge et la coriandre finement hachés. J’aime bien mettre un peu d’aneth. À l’ouest de la Géorgie, on peut aussi ajouter un peu d’ail frais. Si vous n’avez pas cette fameuse huile, vous pouvez la remplacer par de l’huile de noix.

blank

Avez-vous goûté à ce plat géorgien ? Partagez vos impressions dans les commentaires ci-dessous.

5/5 - (35 votes)

Pour continuer la lecture

Visitez la Géorgie

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici